Vers une légalisation du cannabis en Israël ?

Israël semble bien en bonne voie pour voter la légalisation du cannabis. Il a bien sûr des voix qui s’élèvent contre cette mesure, mais d’autres, qui y voient une véritable manne financière n’en rugissent que de plus belle. On se rappellera qu’Israël a été l’inventeur des tomates cerises et, bien entendu, un kilo de tomates ne pèse pas lourd comparé à un kilo de cannabis (autour des 10 000 dollars) que celui-ci soit médicinal ou récréatif. Beaucoup d’entrepreneurs rêvent donc de produire du cannabis en grandes quantités pour approvisionner leur compte en banque de façon spectaculaire. Dans la culture du cannabis, ils repèrent avant tout un business bien juteux.

Avant que tout cela ne soit possible et quitte le domaine du rêve pour le réel, les lois devront tout de même changer et on dirait qu’elles sont sur le point de le faire. En 2017 déjà, l’autorité de lutte contre les stupéfiants du gouvernement avait déposé un projet de loi visant à remplacer les poursuites criminelles pour usage personnel de cannabis sur la voie publique par des sanctions financières et des conditions d’application beaucoup plus légères. La version avait été approuvée par les ministres du cabinet gouvernemental en 2019. De cette version, il ressort que la consommation du cannabis est traitée comme une question de santé publique, tout comme le tabac ou l’alcool, et non plus comme un acte criminel.

Juste avant les élections de 2019, la loi avait donc été assouplie, et une certaine dépénalisation accordée aux consommateurs récréatifs qui devaient cependant jouir de leur petit plaisir chez eux et non pas en public. Toute consommation dans l’espace public reste condamnable et sujette à une sanction sous forme d’amende avec plusieurs taux selon que l’on en est à la première infraction ou récidiviste. En tout état de cause, c’est à la police de juger si l’individu mérite d’être poursuivi ou non. La loi ne définit aucunement ce qu’est une quantité pour usage personnel.

Venez lire : https://www.ouest-france.fr

Pour les personnes devant consommer du cannabis à des fins thérapeutiques et possédant un permis pour être en possession de cannabis, elles doivent dans tous les cas être en mesure de produire leur permis si celui-ci est requis par les forces de l’ordre.

Depuis février 2020, Israël autorise l’exportation du cannabis médical, mais tout usage du cannabis à des fins récréatives est interdit. Pas question de produire, de vendre d’acheter ou de consommer un joint. Benjamin Netanyahou précise que ce projet est un pas immense vers la légalisation totale qui sera possible si ce projet fonctionne comme il le souhaite. Les tribunaux verront moins de condamnations et aussi moins de procès pour utilisation personnelle ou possession de cannabis.

Une commission sous la férule du ministre de la Justice a été mise en place en mars, avant les élections. En juin 2020, le projet de loi visant à la dépénalisation de la consommation et un autre projet traitant de la possession, de l’achat et de la vente du cannabis ont été votés. Selon que ces projets aboutiront en loi ou non dépend, en grande partie, la dépénalisation du cannabis pour les consommateurs, les vendeurs et les producteurs (car pour le vendre ou l’acheter, il faut déjà qu’il soit disponible). On imagine mal une loi qui permettrait l’achat, la vente et la consommation personnelle, mais continuerait d’interdire la production du cannabis. Cela semble évident, toutefois, ce point n’est pas précisé.

Sources : https://graine-cannabis.info/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *